( 30 octobre, 2009 )

À vous glacer le sang !

19590418.jpg

Un programme double de frissons (en anglais) au Madelon. L’aspect unique de cette publicité se trouve tout en bas : des témoignages de supposées clientes, avec leurs adresses! Comme c’est écrit très petit, voici ce que nous pouvons apprendre : « J’ai du faire un effort pour rester jusqu’à la fin », déclare Rachelle Masse. Estelle Courteau avoue : « J’ai été saisie tout le long du film. » Pour sa part, Cécile Prouvencher nous confie : « Je n’aurais pas du voir ce film. J’ai eu vraiment trop peur. » Et Micheline Soucy? « Les scènes sanglantes m’ont glacée le sang. » Allez, Gaétane Lebel, ouvrez votre coeur : « Je doute que t0ut le monde puisse supporter ce spectacle terrifiant. » Le mot de la fin va à Denise Provencher : « Au début du film, j’étais brave, mais beaucoup moins à la mort de Dracula. » On sait bien : que des femmes ! Nous étions le 18 avril 1959.

( 29 octobre, 2009 )

Cinéma clérical

19470324.jpg

Nous sommes en 1947 et le clergé commence à se servir du cinéma à des fins éducatives et propagandistes. Pour ce faire, la source vient d’Espagne, du Mexique et d’Amérique du Sud. Je n’ai pu retrouver l’origine de ce film, ni son année. Il faut dire que les gens de Québec ne se privaient jamais pour changer les titres… Cette pub sent le catholicisme des lieux à la ronde, avec une photo du cardinal Villeneuve, indiquant que son Excellence approuve le film. Nous avons droit à des photos de la Vierge, sans doute extraites de l’oeuvre. Tout en bas, il est indiqué que le devoir des pères et mères de familles catholiques est de voir le film. Celui-ci, il va de soi, n’est pas présenté dans les cinés de la ville, mais bien à la salle de loisirs cléricaux Notre-Dame, lieu de sains loisirs urbains qui n’en était pas à sa première expérience avec le cinéma. Au cours des années 1930, des dessins animés étaient offerts aux enfants, tout comme des documentaires sur le catholicisme. Nous étions le 24 mars 1947. 

( 28 octobre, 2009 )

Judy et Mickey au Capitol

19391125.jpg

Une version terriblement américaine bourgeoise de la jeunesse du temps! Cependant, il faut avouer qu’il s’agit d’une superbe publicité. C’était le 25 novembre 1939.

( 27 octobre, 2009 )

Grand gala extraordinaire

19240125.jpg

Beaucoup de superlatifs, sur cette publicité! D’abord, le grand gala extraordinaire qui ne durera que trois jours! On nous assure d’aucune coupure et que l’orchestre de la salle sera plus imposant. Conséquemment, pour une telle production, le prix du billet d’entrée est majoré. Rien à dire face à la remarque sur les « titres en français » : la majorité des films muets présentés au Québec avaient des intertitres bilingues. Bon film, soit dit en passant! Nous étions le 25 janvier 1924.

( 27 octobre, 2009 )

La Bolduc au Palace

19310221.jpg

Hors tout le folklore entourant la présence d’Alexandre Silvio au Palace, le coup d’éclat de cette salle est d’avoir fait venir La Bolduc à deux reprises. La joyeux gaspésienne est ici décrite comme une « chanteuse de genre » de la station de radio CKAC. Un des films à l’affiche met en vedette Ken Maynard, dont le nom est ici francisé en Ménard. Je vous signale la présence d’un film avec « titres français », ce qui signifie qu’il est muet. Le Palace était alors la dernière salle de la ville à programmer ce type de films. Enfin, tout en bas, un texte sur les concours d’amateurs ayant lieu sur la scène du Palace, avec Hilaire Roberge de l’International Paper, usine de pâtes et papier de Trois-Rivières. On a aussi droit au Rin-Tin-Tin du Québec! Cette publicité date du 21 février 1931, sept mois avant l’arrivée de Silvio. Le gérant du Palace était alors Eddy Gélinas, qui deviendra bras droit du Silvio et sera, au début des années 1940, un populaire comique de la radio sous le nom de Ti-Pit Raccourci. J’en connais des choses, hein! Pas de secrets entre le Palace et moi!

( 26 octobre, 2009 )

Manipulation !

19401012.jpg

Cette publicité, pas ailleurs fort belle, date du 12 octobre 1940, alors que le distributeur France-Films n’a plus accès aux sources de ses fournisseurs en France. Nous sommes aussi pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que les autres cinémas de Trois-Rivières passent les actualités du conflit, sans oublier les films de guerre américains. Il ne restait à France-Films que d’opérer une manipulation pour laisser croire que ce film parlait d’une actualité de 1940. En réalité, le film date de 1938 et parle d’un fait vécu dans un village de France au début de la guerre 1914-18. Cliquez pour mieux lire le texte.

( 26 octobre, 2009 )

James Stewart et son lapin

19510721.jpg

Harvey est du théâtre filmé! L’avantage est que James Stewart interprétait le personnage vedette à la scène. Donc, il le connaissait très bien. Malgré quelques aspects un peu démodés, ce film demeure un des meilleurs films comiques que je connaisse, particulièrement à cause du personnage très attachant joué par le grand comédien. Au début des années 1950, alors que toutes les autres salles faisaient des pieds et des mains pour obtenir des versions doublées en français, le Champlain n’en avait cure et présentait les films à succès dans leur langue d’origine. Nous étions le 21 juillet 1951.

( 25 octobre, 2009 )

Un film hallucinant

19670304.jpg

C’est ce que cette pub nous promet! Je ne sais pas trop… Je sais cependant que la bande à Roger Corman a suivi tous les courants sociaux de la jeunesse depuis les années 1950 : films de rock and roll, de surf, psychédélique, hippie, et le film de motard, dont voici un exemplaire, avant que Corman ne trouve le filon avec Easy Rider. Je ne suis pas un amateur de motos, mais je pense que ce dessin est très efficace. Nous étions le 4 mars 1967. Groovy !

( 24 octobre, 2009 )

Dernier film de Chaplin

19590523.jpg

Un film britannique, où Chaplin règle ses comptes avec l’Amérique de la chasse aux sorcières. Il s’agit du dernier film où on peut voir l’homme comme comédien. Il réalisera un film catastrophique en 1966 avec Marlon Brando. La publicité est trompeuse, alors qu’on voit l’ombre du vagabond saluer un Chaplin vieillissant. Il n’y a aucun référence à son passé dans A King In New York, film que, par ailleurs, j’aime bien. Par contre, le film en complément est un documentaire présentant les immortels comiques de l’art muet. Une publicité tout de même charmante, datant du 23 mai 1959.

( 23 octobre, 2009 )

Arrivée des films de l’Occupation

19460120.jpg

Après avoir présenté des films en reprise tout au long de la Seconde Guerre mondiale (Voir l’explication dans un article plus bas), le distributeur France-Films arrive au début de 1946 avec tant de « nouveaux films » qu’ils vont pouvoir tenir la route une année sans problème. Ils étaient neufs pour le public d’ici, alors qu’en réalité, ils ne représentaient pas réellement le cinéma de France tel qu’il sera connu en 1946, 1947 ou 1948. Le ciné de l’Occupation en était un de divertissement. Le diamant noir date de 1941 et met en vedette Gaby Morlay, la comédienne française la plus populaire au Québec au cours de la décennie 1930. Celui de Fernandel date de 1943. Jolie pub! Nous étions le 20 janvier 1946.

1...1011121314...27
« Page Précédente  Page Suivante »
|